Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui Sommes-Nous ?

  • CAFA asbl
  • Décentrée mais partie intégrante du CPAS de SAINT-GILLES, notre association agit dans divers secteurs de la vie sociale. Son service de Médiation de Dettes a souhaité développer une action de prévention originale et interactive.
  • Décentrée mais partie intégrante du CPAS de SAINT-GILLES, notre association agit dans divers secteurs de la vie sociale. Son service de Médiation de Dettes a souhaité développer une action de prévention originale et interactive.

Merci pour votre visite

 

Nos Autres Articles

Où SOMMES-NOUS ?

CAFA asbl

Rue du Tir, 14

1060 BRUXELLES (SAINT-GILLES)

Tél. : 02 / 600.57.30  

Fax.: 02 / 600 57 40

POUR NOUS CONTACTER

 

Réservations :

expoaction@cpasstgilles.irisnet.be

 

Adresse du blog :

cafa.expoaction@gmail.com 

 

 

2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 15:13

 

 

De la haute voltige…

Rarement les apparences auront été aussi trompeuses !

Exercer une fonction de facteur dans l’expo-action « Dernier Rappel Avant Poursuites ! » n’a absolument rien d’une sinécure.

Au contraire, cela suppose que l’acteur aille très largement au-delà de la simple distribution de courriers, qu’ils soient simples ou recommandés d’ailleurs. A l’entrée, notre brave VICTOR - HUGO de son nom de famille, cela ne s’invente pas, de sorte que pour notre expo-action, on n’avait pas hésité à le faire, en lui promettant même une brillante « carrière dans les Lettres » - avait ainsi fort à faire pour accueillir les visiteurs dès les premiers instants de leur parcours.

DSCF3179.JPG

Les mettre au diapason, soit les aider en une poignée de secondes à intégrer leur identité fictive du moment, quelques minutes à peine après qu’ils en aient pris connaissance, puis les installer dans leur coquet logement et les mettre aussi à l’aise que possible, pour leur distribuer ensuite un premier courrier miraculeusement arrivé si tôt à destination, c’était le rôle invariablement rempli par un (f)acteur totalement investi dans cette tâche.

DSCF3176

Qu’il s’agisse du tenant du titre… ou de son remplaçant occasionnel, faut-il le préciser.

DSCF4001.JPG

Mais alors que cette composante portait essentiellement sur d’heureux événements - promotion professionnelle, réussite dans les études ou démarrage d’une prometteuse activité d’indépendant - les choses n’allaient pas tarder à se gâter, sans que Madame Bérengère DUPLAT n’y soit totalement étrangère.

DSCF4012.JPG

Dans ce cas, l'abnégation et le sens du service de notre facteur allaient se montrer à toute épreuve, lui faisant accompagner les infortunés vers leur destin, devenu soudain beaucoup moins enviable qu’au départ.

Est-il encore besoin de le souligner, à raison d’une moyenne de vingt « client(e)s » par heure, gérer en même temps quatre itinéraires différents tout en remettant sur leur chemin les brebis égarées, non sans en encourager l'une ou l'autre au passage, cela restera sinon un tour de force, du moins toujours une belle performance. 

DSCF3853

(à suivre)

Texte et photos D. VANESPEN

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 15:00

 

 

Mais que dire de Bérengère…

Madame DUPLAT est sans contexte possible le personnage le plus énigmatique de l’expo-action « Dernier Rappel Avant Poursuites ! ».

DSCF3262

Le plus improbable aussi !

Car, si l'on peut naturellement s’attendre aux comportements sympathiques du banquier Jean-Jacques VAN BERNIER et du vendeur Salomon GIFFMEFLOUS - commerce oblige - sans parler des accueils prévenants que réservent les braves facteurs VICTOR et EMILE, toujours au service de leurs interlocuteurs, voire même ne jamais devoir trop s’étonner de l’intransigeance ou du discours moralisateur tenu par le juge Paul-Henri RECTITUDE ni - surtout - s’offusquer légitimement de la virulence destructrice et humiliante de l’huissier de Justice Yvon VAN BETALEN, rien ne permet de prévoir ce qui va se passer dans le sombre bureau de Bérengère.  

Ce qui explique le regard parfois inquiet de ses visiteurs.  

DSCF3443.JPG 

Tour à tour cadre en Ressources Humaines, secrétaire médicale, agent immobilier ou conseillère matrimoniale, Madame Bérengère DUPLAT incarne en réalité les détours alambiqués du destin.

Ses multiples rôles en fonction des parcours permettent de démontrer que le fléau du surendettement peut frapper n’importe qui, à n’importe quel moment et pour quelque raison que ce soit, qu’il s’agisse d’une surprenante perte d’emploi, d’une santé soudainement défaillante, d’une brutale rupture dans un couple ou d’une urgence de la vie, telle un déménagement, à laquelle il est malaisé de faire face.  

DSCF3488.JPG 

Dans tous ces cas de figure, les réactions du public seront sensiblement les mêmes, qui iront de l’étonnement amusé à la résignation teintée de fatalisme, voire à l’abattement pur et simple, en passant par toutes les variantes en la matière, sans que ces émotions n’engendrent, chez notre annonciatrice « assermentée » de mauvaises nouvelles, autre chose qu’une indifférence assortie d’un agacement à peine réfréné.

Si politesse il y aura souvent, elle sera toujours feinte et de pure convenance.  

DSCF3108.JPG 

(à suivre)

Texte et photos D. VANESPEN

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 15:51

 

 

Et parlons-en, du vendeur...

DSCF3641.JPG 

Chaque personne qui fera appel à ses services recevra de sa part un accueil totalement personnalisé, obséquieux qu'il est à l'excès et toujours empreint d’une fausse mais débordante empathie, prêt à rencontrer tous les besoins autant que réaliser tous les rêves de ses clients, même les plus déraisonnables, voire à les y pousser dans une implacable logique de persuasion.

DSCF3643

L'art consommé de la démonstration, Salomon GIFFMEFLOUSS le maîtrise à merveille, qui lui permet (presque) toujours d'arriver à ses fins : vendre tout et n'importe quoi, et le plus souvent à crédit, en offrant généreusement le bénéfice de la carte Ficrésus avec son crédit "illimité".

DSCF3699.JPG

Sous l'apparence ludique d'une caverne d'Ali baba, le SHOPPING PARIDISE n'est ni plus ni moins qu'un pastiche de la société de consommation en général, dans ce qu’elle a de plus racoleur, mais aussi une dénonciation caricaturale des grandes surfaces en particulier, notamment dans leur propension à accorder des ouvertures de crédit sans y regarder de trop près, sous la forme de cartes de payement assorties de multiples "avantages".

Quel que soit leur parcours de vie, autrement dit quel que soit l'itinéraire qui leur aura été proposé au départ, tous les participants de l’expo-action "Dernier Rappel Avant Poursuites !feront ainsi l'expérience de la tentation, quoique tous n'auront sans doute pas été suffisamment attentifs pour repérer quelques signes - extérieurs de richesse - attestant de ce qu'ils n'affrontaient en réalité qu'un miroir aux alouettes.

DSCF3703.JPG

(à suivre)

Texte et photos D. VANESPEN

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 16:22

 

 

Parlons-en des acteurs...

Pour en être déjà à la huitième édition, ce en tenant compte des trois épisodes qui furent organisés extra muros, l'expo-action « Dernier rappel Avant Poursuites ! » semble bien avoir atteint une belle vitesse de croisière.

Pour preuve, nous ne retiendrons que cette constatation qui était presque insoupçonnable lors de l'aventure fort expérimentale que fut la « première », les inscriptions  se succèdent désormais d'une manière quasiment régulière - disons même « naturelle » -, de sorte qu'il ne sera bientôt (presque) plus nécessaire de lancer de grandes opérations de communication pour distribuer les places et remplir les plages horaires.

Mais au-delà de cette évolution combien réconfortante, toute l'entreprise reste une tâche d'envergure, qui nécessite un déploiement considérable d'énergies et l'investissement de toute l'équipe de médiation de dettes du CAFA, outre des aides ponctuelles indispensables, en provenance d'autres services.

En guise de récompense, quoi donc espérer de mieux que l'engagement total des acteurs et les réponses aussi enthousiastes  du public ?

A ce propos, convenons-en sans réserve, toute l'équipe du MAGIC LAND THEATRE remplit son rôle à merveille, avec une conviction sans cesse renouvelée pour chaque visiteur, quel qu'il soit et quelque origine qu'il ait.  

DSCF3122.JPG

A raison d'une moyenne de vingt personnes par heure, pour des journées de prestations pouvant aller jusqu'à six de ces mêmes périodes, la chose est loin d'être anecdotique.

Mais le résultat est bien là, si l'on en juge  aux expressions de leurs interlocuteurs, éloquentes à plus d'un titre.  

DSCF3759.JPG 

Ainsi, l'accueil du facteur Victor réjouit immanquablement par sa simplicité et son côté familier, prêt à discuter le coup avec n'importe qui, surtout s'il s'agit de l'encourager ou de compatir à sa détresse.

DSCF3280.JPG 

Par la suite, et à l'exception notable des héritiers du « parcours jaune », l'empathie débordante et la qualité d'écoute du banquier Van Bernier ne font que confirmer cette impression pour les visiteurs que, en définitive, la vie est belle et leur avenir résolument devant eux, quoi qu'il (leur) en coûte.

DSCF3171.JPG 

Rigueur et professionnalisme ne sont manifestement pour lui jamais de vains mots.

DSCF3289.JPG

Plus tard encore, le passage obligé au Shopping Paridise, dans l'antre rutilante du fringant vendeur Salomon, ne viendra que consolider l'optimisme du moment, à grands coups d'enthousiasme excessif et de flatterie gratuite.

DSCF3904.JPG 

(à suivre)

  Texte et photos D. VANESPEN 

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 16:22

 

 

Mais aussi...

A chaque édition du "Dernier rappel Avant Poursuites!" correspond son habillage spécifique et son lot de nouveautés, de variantes ou autres vrais changements, aussi modiques soient-ils parfois.

DSCF3067.JPG

S'il ne fut jamais question de remettre en cause la structure d'ensemble de l'expo-action, une saine évolution de cette activité voulut en effet qu'à chaque fois, il lui soit apporté une amélioration notable.

Par là, entendons des modifications qui vont au-delà de simples nuances, résultant par exemple de ce qu'un des acteurs du MAGIC LAND THEATRE pouvait être indisponible et remplacé par l'un ou l'autre, ou du fait que le matériel et les accessoires subissent - par la force des choses - un taux d'attrition assez élevé, compte tenu des fréquents déménagements, de manipulations diverses et des opérations régulières de montage et de démontage.

Parmi ces variantes, rappelons l'accent mis successivement sur la problématique du logement, ou de la santé, de même que sur le calcul de l'empreinte écologique ou la présentation des trucs de "Mamy Astuce".

DSCF3069.JPG

Dans ce constant souci de conserver un rythme soutenu, selon le vieil adage qui veut que "celui qui n'avance pas recule", nous avons poursuivi notre réflexion et abordé une nouvelle dimension à notre action, en tentant le seuil de l'Internet.

A l'heure d'écrire ces lignes et après de nombreux mois d'un laborieux travail, nous ne sommes plus très loin du moment où nous pourrons présenter le fruit de nos efforts, une version de l'expo-action qui sera accessible en ligne.

DSCF3071.JPG

L'actuelle édition était l'occasion idéale pour en offrir un premier aperçu.

DSCF3072

Certes, les contraintes en la matière sont telles que le résultat sera spécifique, et en tous cas sensiblement différent de ce que vivent les participants au cours de leurs visites telles qu'elles se sont déroulées jusqu'à présent.

DSCF3074.JPG 

Car la magie de l'expo-action, c'est d'abord et avant tout le contact avec les acteurs...

DSCF3199.JPG

(à suivre)

Texte et photos D VANESPEN

 

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 16:17

 

 

Tout est relatif...

Après - voire même avant - le passage obligé chez le juge, expérience plus ou moins agréable selon qu'il ait été autoritaire ou de bonne composition, assez compréhensif ou fort moralisateur, les visiteurs seront tous rapidement relégués dans des logements dont le moins que l'on puisse dire est qu'ils n'atteignent pas de très hauts niveaux en matière de standing.

"Insalubrité" serait même plutôt le maître mot pour chacun d'entre eux.

DSCF3081.JPG

Même en laisser la possibilité de choix laisserait perplexe. 

DSCF3086

Voire fort réticent, outre que les infortunés du moment ne sont alors, quel que soit leur refuge, pas tout à fait au bout de leurs surprises. 

DSCF3087.JPG

Toutefois, après l'indispensable rencontre avec un bureau de médiation de dettes, histoire d'exposer quelques amorces de solutions individuelles et de présenter une véritable méthode de travail pour ce faire, la dernière étape des quatre parcours proposés sera toujours plus sereine, l'occasion pour tout un chacun d'exprimer ses sentiments dans un débriefing qui, selon les groupes participants, peut alors se transformer en véritable débat sur toute la problématique du surendettement prise dans son ensemble.

DSCF3068.JPG

(à suivre)

Texte et photos D. VANESPEN 

 

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 14:24

 

 

Ensuite encore...

Rapidement les choses se gâtent !

Au départ, l'expérience des visiteurs du DRAP's est pour le moins agréable : rencontres avec des personnes accueillantes et sympathiques, mais aussi installation dans des logements d'apparence propre et confortable.

DSCF3050.JPG

Ces derniers se déclinent en trois variantes fort semblables, l'usage de l'un ou de l'autre n'étant guidé que par l'inspiration de notre brave facteur Victor ou, plus généralement, par leur occupation préalable, affluence voire embouteillage obligent.

DSCF3052

Finalement, un tel destin prometteur ne s'infléchira sensiblement qu'au moment où les infortunés seront invités à faire la connaissance de l'énigmatique Madame Bérengère DUPLAT, dont le refuge ne trahit curieusement aucune des multiples fonctions qu'elle exerce, selon le parcours qui a été dévolu à chacun des participants. 

DSCF3053.JPG

S'ensuivra alors la seconde partie du périple, dans un environnement moins chaleureux, voire plus austère.

DSCF3057.JPG

Tel que l'intérieur du tribunal, par exemple...

DSCF3063.JPG

(à suivre)

Texte et photos D. VANESPEN 

 

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 14:14

 

 

Cette fois, c'est bien parti...

Pour la cinquième fois déjà, le petit monde artificiel de notre expo-action "Dernier rappel avant poursuites !" s'est installé pour toute la durée du mois de novembre dans les locaux du CPAS de SAINT-GILLES.

DSCF3043.JPG

Dans l'absolu, ce ne sera d'ailleurs pas moins de la huitième édition - excusez du peu - de notre entreprise originale de prévention du surendettement, sans toutefois intégrer dans ce décompte une opération de montage et démontage des décors qui eut lieu dans le courant de cette année pour la réalisation de clips vidéos, destinés eux-mêmes à servir de supports à une version ludique quasiment prête à voir le jour sur Internet.

Autant dire que le nombre s'accroit inexorablement, de ces personnes jeunes et moins jeunes qui auront fait la désagréable expérience d'une rapide descente aux enfers, par acteurs du MAGIC LAND THEATRE interposés.

Car pour artificiels qu'ils soient, les quatre "parcours de vie" qui sont proposés au public représentent des grands "classiques" d'itinéraires au terme desquels tout individu peut se retrouver dans les pires difficultés financières, englué dans un réseau inextricable de rappels, mises en demeure, saisies et interpellations en tous genres.

Mais pour se rafraîchir quelque peu la mémoire, rappelons quelques éléments de base qui sont de nature à faire le succès d'une telle activité de prévention pour le moins décalée et originale.

Et d'abord, comme suggéré ci-dessus, il y a un décor de théâtre.

DSCF3039.JPG 

Avec sa rue principale et ces maisons cossues, idéalement situées face à l'agence aguichante de la FLASH BANK.

DSCF3040

Celle dont le gérant se tient toujours fin prêt à réaliser tous les rêves de ceux qui ne tarderont pas à venir le solliciter.

C'est lui sur la photo... 

DSCF3048

Ensuite, ce sont les multiples tentations du SHOPPING PARADISE, avec son plantureux étalage de choses utiles en tous genres, mais dont la nécessité pratique et l'intérêt réel resteront toujours sujets à réflexion.

DSCF3055 

(à suivre)

  Texte et photos D VANESPEN

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 00:27

 

 

Croisements douloureux de destins convergents...

Finalement, recevoir la sympathique visite du facteur EMILE (Alain PERPETE) - à droite - ou celle qui l'était beaucoup moins, de l'huissier de Justice Yvon VAN BETALEN (David NOTEBAERT) - à gauche - n'était jamais pour les visiteurs une question de choix ou de hasard du logement, mais plutôt une simple affaire de temps.

Même dans le nouveau "parcours jaune", nul ne pouvait espérer y échapper !

DSCF8853.JPG

Tout aussi invariable était son caractère éminemment désagréable : une citation devant la Justice de paix pour des factures de consommation restées "en souffrance", et une saisie-exécution mobilière pratiquée dans la foulée.

DSCF8468

L'une et l'autre étaient par ailleurs l'occasion pour notre fonctionnaire public de délivrer quelques propos bien sentis, sur sa vision toute personnelle - interprétation théâtrale oblige - des débiteurs et autres surendettés empêtrés dans l'expo-action "Dernier Rappel Avant Poursuites !".

DSCF8336

(à suivre)

Texte et photos Dominique VANESPEN

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 00:18

 

  

Une installation guère plus engageante...

Pour les visiteurs du DRAP's auxquels le (nouveau) "parcours jaune" avait été attribué, la suite du programme n'allait pas répondre à toutes leurs attentes.

D'ordinaire, soit dans les autres itinéraires, la cause était vite entendue : après le passage du facteur EMILE venu leur délivrer le courrier - concrètement, un paquet de lettres de rappel et mises en demeure, sous la forme ou non de recommandés - les intéressés étaient brutalement plongés dans l'obscurité, à l'improviste, une coupure qu'un "technicien" de la firme BRUGAZELEC venait rapidement leur justifier par le non-payement de leurs factures de consommation.

Dans le cas présent, le même préposé était appelé en renfort par notre facteur EMILE, mais pour procéder cette fois à l'ouverture des compteurs.

DSCF8595.JPG 

Au cours de cet exercice, le technicien devait toutefois y aller de son petit commentaire, sur le mauvais état général du logement et sur l'absence d'une isolation correcte, avec les factures excessives de consommation qui n'allaient certainement pas manquer d'en résulter.

DSCF8376.JPG

Dans le cas du déménagement, un tel scénario était alors immuable, quel(le) que soit le(la) représentant(e) du fournisseur.

C'est qu'il y en a du personnel, chez BRUGAZELEC !

DSCF8860.JPG 

(à suivre)

Texte et photos Dominique VANESPEN

Partager cet article
Repost0